Voilà en quelques mots l’histoire de Grégoire.
Il a aujourd’hui 21 ans et pour l’heure fait la sieste ….
Tous les matins, il travaille de 8 heures à 12 heures comme assistant de vente dans un petit supermarché. Il s’y rend seul ( train + bus ou bus + bus ), avec enthousiasme , sauf peut-être les jours de livraison….
Comment est-il arrivé là ?
BEAUCOUP DE CHANCE…..

Dès le début de sa scolarité , l’ Education Nationale l’ a remarqué… pas apte à ceci, pas capable de cela , etc ….Mais certains croyaient en lui , l’orthophoniste, le pédiatre, une institutrice, ses parents…
Heureusement, nous avons dû partir à l’étranger, le vrai , le très loin …..Et là, une seule école française…. à petits effectifs… A Bornéo, il a suivi les classes de primaire en redoublant son CM2 et a commencé l’indonésien.
A  Abou Dhabi, c’est une école de taille  » française » et  il a participé aux classes de secondaire jusqu’en 3 ème, classe qu’il a beaucoup aimée puisqu’il y est resté 2 ans …A cette occasion, il s’est frotté au latin, à l’allemand et , cerise sur le gateau, à l’ arabe. Mais en fait , il n’est à l’aise qu’avec l’anglais.

Au cours de toutes ces années, lui et moi avons bataillé pour qu’il comprenne des choses qui semblaient tout à fait hors de sa portée. Et dans ce domaine, j’ai eu quelques surprises. Nous nous sommes réjouis ensemble du progrès des notes , qui néanmoins n’ont jamais dépassé le 6/20 dans les matières dites importantes, et surtout nous avons adoré les bulletins qui , malgré de mauvaises moyennes, étaient toujours très élogieux…

En dehors de l’école , il a participé à tout , même si il avait besoin d’un plus grand accompagnement.  Et rien ne lui a été épargné ( judo, tennis, voile , natation , ski , musique , jeux de société, vélo, patin à roulettes et à glace etc… )
En rentrant en France, nous avons eu la chance de trouver une école qui l’ a tout de suite pris pour préparer un CAP de vente . Au cours de ces 2 années, il a passé avec succès le CFG ( certificat de formation générale ) et son CAP de vente. Et l’entreprise dans laquelle il avait fait son apprentissage l’a embauché en CDI – temps partiel -.C’était le bon moment , les entreprises n’aiment pas se faire montrer du doigt parce qu’elles n’embauchent pas de handicapés. En outre, cela leur coûte très cher.
Maintenant, il est libre tous les après-midi et profite de ce temps pour surfer sur Internet qui lui apporte beaucoup ( informations diverses, lecture de BD en ligne , musique ).  Mais voulant continuer à le faire évoluer, j’ai mis en place un petit programme; cours de conversation anglaise le lundi, clavier électronique  le mardi ( avec un prof  de piano qui se sert de l’oreille de Gregoire pour le faire composer des petits morceaux ), cinéma ( il choisit lui-même le film en regardant les bandes annonces sur Internet et en lisant les critiques ) et puis il y a le rendez-vous avec sa grand-mère; tous les deux, ils visitent le Louvre ou d’autres expositions mais surtout le Louvre pourlequel ils ont un petit penchant …
 
Pendant sa scolarité hors de France, Grégoire a toujours été accueilli avec méfiance par le corps enseignant . Mais, en moins d’un mois, il était accepté d’autant plus que nous avions clairement expliqué aux professeurs que nous n’attendions pas de traitement particulier et que nous savions que Grégoire n’atteindrait pas les objectifs. Et de fait, ils ont beaucoup aidé Grégoire.
En France, nous avons subi de rudes épreuves; personne ne voulait croire en Grégoire ( psychologue scolaire qui , plus tard , a reconnu son erreur , directrice d’école , médecin de la COTOREP , médecin de l’hopital …)
 
Que cette petite histoire puisse vous servir . C’est ce que j’espère.
 
Catherine, maman de Grégoire